Diagnostic pour les Canadiens

By
Updated: novembre 12, 2013
sport_14

 

Les troupes se portent plutôt bien! La victoire du dimanche 10 novembre de 4-2 face aux Islanders de New York a mit fin a une série noire de quatre défaites consécutives et a gratifié d’une bouffée d’oxygène mais surtout d’un brin d’espoir l’équipe des Canadiens de Montréal. Vous allez sûrement me dire que l’équipe des Islanders de New York est loin d’être en grande forme en cette saison 2013-2014, je vous l’accorde. Quelques fois une petite victoire pour l’équipe est une grande victoire pour le moral des joueurs. Comme l’a très bien dit Michel Therrien, “ Les jeunes sont débarqués ce soir!”

En effet le trio de force brute composé de Lars Eller, Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk a été encore une fois brillant, intuitif et a déclenché quelques sirènes lors de cette rencontre. Les trois jeunes attaquants ont prouvé qu’ils étaient là, et pour longtemps. Non seulement le trio a généré de nombreuses occasions de marquer mais ils ont été nommés successivement première, deuxième et troisième étoile du match. Soulignons aussi au passage la 250e victoire de Michel Therrien en tant qu’entraîneur-chef au sein de la LNH.

Mais les Canadiens de Montréal seront vraiment mis à l’épreuve lors du match contre le Lightning de Tampa Bay au Centre Bell de Montréal ce mardi 12 novembre. Le Lightning occupent le sommet de la Conférence Est avec une fiche de 12-4 et un différentiel de plus 15 buts, un total de 24 points au classement et quatre victoires à Montréal. Les Canadiens vont devoir s’armer de courage et ne rien lâcher. Impossible n’est pas français dit-on? À nos Habs de le prouver et ça ne sera sûrement une partie de plaisir.

Les Canadiens se retrouvent en milieu de peloton avec une  moyenne de 2,59 buts marqués par match, ce qui est en soit tout à fait honorable. Michel Therrien est conscient qu’il y a encore du travail à faire, étant donnée le grand nombre d’occasions de marquer, l’équipe se doit de toucher plus régulièrement la cible. Il faut encourager fortement les joueurs à foncer vers le filet et à tester le plus souvent possible le gardien adverse en décochant des tirs mais de partout sur la glace. À force de pousser toujours dans le même sens, on finit par avoir de bons résultats.

Montréal se nourrit des Canadiens et vis et versa. Ils font incontestablement partie de la culture de cette ville et de ses habitants, elle n’est pas simplement une équipe de hockey, non! Elle est bien plus dans le coeur de tout ses nombreux fans, elle est une patrie, lorsque les Canadiens parviennent aux séries éliminatoires, la ville est joyeuse, animée par un je ne sais quoi? Peut-être l’envie d’une autre Coupe Stanley, en tout cas, résultats la ville et ses habitants rayonnent. Mais quand l’inverse se produit, la grisaille s’empare de Montréal et des Montréalais.

Cependant, tout espoir n’est pas perdu pour  les séries éliminatoires. Cette saison est peut-être une bénédiction, une chance pour les Canadiens de travailler sur leurs faiblesses de longue date. Cette équipe peut le faire! Ils en sont capables. Cela ne veut pas dire qu’ils vont être des concurrents potentiels pour la Coupe Stanley mais plutôt une occasion de se faire respecter. Et puis on peut rêver…